Pour les amants d'Harajuku qui habitent au Québec!
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [FanficYaoi] Kiss Me Thru The Dark Ft. Epik High

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sara Vengeance

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 14/08/2009
Age : 23
Localisation : STH

MessageSujet: [FanficYaoi] Kiss Me Thru The Dark Ft. Epik High   Dim 16 Aoû - 2:52

    Title: Kiss Me Thru The Dark
    Author: Moi ~
    Starring: Epik High -> Tablo, Tukutz, bientôt Mithra
    Rating: PG-13
    Summary: Tablo est en dépression infernale, personne ne peut plus rien faire pour lui... semblerait-il.
    + : J'veux des commentaires les amis ~~ <3 Désoler pour les fautes TT_TT



    Le ciel resplendissait, le soleil brûlait d’une chaleur incontrôlé. Pourtant, tout était si sombre. Pourquoi jugée la beauté d’une journée qu’à son soleil ? Le temps avançait, et plus rien ne rayonnait. L’après-midi semblait aussi sombre que la nuit… Sortir n’était plus une nécessité, il n’y avait plus rien à voir après tout. Le monde était tels que, « mérité », n’existait plus, que « l’aide », était l’impossibilité même. Chaque sons étaient agressant, aussi futiles soit il, provoquait une réaction catastrophe chez Tablo. Il savait ce que la vie lui apportait pour une troisième fois, l’ignoré le chasserait peut-être. La dépression avait toujours une place en second plans dans on esprit, mais depuis peu, elle avait pris les devants. Pleurer et hurler n’apportait plus aucune satisfaction, entré dans un mutisme était une solution provisoire…Certes, ses plans pouvait être à long termes, mais Tukutz n’était pas d’accord.

    Son ombre, adoptant la position fœtal, gisait dans un coin de son appartement. Chaque mur reflétait la tristesse, l’air y était irrespirable. La froideur des lieux en aurait tuer tout les homéothermes de cette planète. Une brume, épaisse et sombre, avait remplacé l’aura de Tablo…Le portrait était dur à voir, une guerre mondial implorait sa fin, à l’intérieur même d’un homme.

    La porte s’ouvrit, qu’est-ce que cela pouvait bien lui faire ? Un voleur, qu’il vole ce qu’il veux, rien ne lui était utile. Un tueur, qu’attendait-il ? Qu’il le tue, avec plaisir, mais le plus rapidement possible. Malgré les horreurs que l’homme pouvait s’imaginer, il savait très bien qu’en fait, ce n’était que son fidèle meilleur ami, venu se torturer pour les quelques prochaines heures.
    « Tu peux vraiment pas t’imaginé ce que ça me coûte de venir ici. Te parler, pendant des heures, sans savoir si tu m’écoute, ou même si tu respire toujours ! Ça fait trois semaines que tu ne m’as pas dit un seul mot, fait un seul gestes qui m’était clairement adressé. Je sais que t’en as vraiment pas envie, mais j’ai plus le choix Tablo, je t’emmène consulter…Tu m’en voudras pas…n’est-ce pas, Daniel? »

    À quoi bon, à quoi bon, il n’avait pas la force de lutté. À quoi bon, il n’avait pas la voix pour contredire. Survivre tels un poids mort, il pouvait le faire, peut importe l’endroit. Rien n’y personne ne pouvait le changé, il était ainsi. Un malade de l’esprit, sans l’esprit, rien n’existe. Les pensés l’avait rongés jusqu’au os, ce flot de mots l’avait poussé jusqu’au ravin, pour une raison quelconque, c’est ce qui devait se passé. Sombrer encore et encore, jusqu’au jour ou son corps l’oublierait et le laisserait s’enfuir…se perdre dans la nature.

    L’air fraîche et pure, qui n’avait circuler depuis bien longtemps dans ses poumons, lui apparaissait bien cruelle. Ses parois intérieur déchirait à son contacte. Ces choses, si saines, était l’élément premier de la souffrance.
    Tukutz le portait tant bien que mal sur son dos, pour l’apporté jusqu'à son véhicule. Il avait belle et bien l’intention de le faire séjourné à l’hôpital. Le dépressif se laissa choir sur le banc arrière, sans porté aucune attention a sa position. En fait, il ne portait plus aucune attention a sa vie. C’était son meilleur ami qui le nourrissait, le lavait. Tablo se laissait mourir. Lorsque l’envie de tout s’envole, pourquoi continuer ?

    « Le garder, qu’importe ! Je veux seulement que des gens puisse le surveiller, j’ai peur pour lui. Je peux pas m’en occuper seul, je dois travailler et… et de toute façon, j’ai tout essayer. Il refuse de me parler, de me regarder…Les antidépresseurs n’agissent même plus sur lui, j’en suis sur. »

    Pourquoi s’entêtait-il a l’aider ? Il perdait son temps sur une cause perdue. Ce n’était plus une simple dépression, mais un vrai fléau. Plus rien n’était normal chez Tablo, il n’était plus lui-même, il n’existait simplement plus. Le noir l’avait engloutit, transpercé toute les parcelles de son corps, vivre était qu’un chagrin quotidiens. Ses lèvres se séparèrent, laissant s’infiltré un peu d’air. Elles étaient douloureuse et engourdit. Trois mots, un lamentation faible… « Laisse moi mourir. »
    Son meilleur ami n’en entendit rien. Il était la seule personne qui retenait le dépressif en ce monde sale. S’il savait …

    * * *

    Tukutz avançait nonchalamment, il prit siège dans la salle d’attente. Il était soulagé de savoir que son ami était pris en charge par des professionnels. Ils avaient dit qu’ils examineraient son cas, pourquoi l’examiné, c’était tellement flagrant ! La mort même l’harponnait…
    Cela faisait si longtemps qu’ils se connaissaient. Tablo était l’une des personnes les plus incroyables qu’il lui avait été donné de rencontré. C’était son idole. Il était une personne mystérieuse, ce qu’il aurait donné pour être dans sa tête une journée au moins ! Daniel écrivait sans cesse, les mots affluait de tout les pores de sa peau. Un tels homme n’était pas une erreur, mais un don du ciel. Le voir aujourd’hui ainsi était pire que le savoir dans un cercueil. Du moins, dans un cercueil, il y aurait trouvé la paix.
    Les souvenirs affluait, du temps où le sourire était constant, et les larmes, des fabulations.

    « - Pourquoi tu me regarde comme ça ? dit-il, en se retenant de pouffer de rire une fois de plus
    - Rien, je me disais simplement que… Daniel, si tu aurai été une fille, je serais probablement tomber amoureux de toi.
    - Alors, je suis très heureux d’être un garçon ! »

    Un deuil, ce n’était rien. L’inquiétude et l’incertitude était pire.

    * * *

    Les murs si blancs, noircissait inconsciemment. Les voix l’entourait, murmurant atrocité, plus épouvantables les unes que les autres. Son corps recourber, en sueur, se balançait sur lui-même. Les larmes s’y mêlait, un ouragan ravageait son cœur. Une bulle incroyable, personne ne pouvait y pénétré. Comment un humain réussissait à s’enfermé ainsi ? Il s’était battit lui-même un enfer, une prison argent.
    Les cernes creusait son visages, ses joues n’existait plus, la maigreur de son corps était effrayante. Son état empirait, malgré les soins hospitalier lui étant donné. Tablo vomissait tout ses repas, il luttait contre les somnifères, il luttait contre sa vie.
    Les infirmières, les unes après les autres pénétrait dans la chambre, croyant pouvoir changé les choses grâce à leur comprimé magique. Tous ressortaient, désarmée. Un stade si avancer… Comment respirait-il toujours? Ces femmes, le cœur serré, ne pouvait rien y faire. Le jeune homme était seul, avec le poids du monde sur son dos.

    * * *

    Trois jour avait passé depuis l’entrer de Tablo a l’hôpital. Tout les jours, avant et après le travail, Tukutz prenait place dans la salle d’attente. Comme le nom le dit si bien, il attendait. Attendait quoi? Il n’en savait rien, un miracle, ou de voir son ami apparaître en disant « C’était une blague ! Je suis bon acteur, non? » Son large sourire déployé sur ses lèvres. Il n’était pas stupide, il savait que ce n’était pas une mise en scène, mais c’était son seul espoir.

    Alors que ses yeux parcourait le parquet, ses pieds marchaient un rythme incongru et maladroit. La tram sonore de l’impatience et de l’inquiétude. Même mélodie jouant depuis trop longtemps à son avis. Des flashs éblouissait son esprit, un cercueil, des funérailles, une pierre tombale – Daniel Armand Lee - . Il porta sa main a sa bouche, un haut le cœur le prit par surprise. Tout ce stresse, son système criait « au secours ».
Revenir en haut Aller en bas
Kaoru

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 12/03/2009
Age : 26
Localisation : St-Pie (St-Hyacinthe)

MessageSujet: Re: [FanficYaoi] Kiss Me Thru The Dark Ft. Epik High   Dim 16 Aoû - 13:33

c'est bon...un peu trop dépressif pour moi, mais quand même bon :)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sara Vengeance

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 14/08/2009
Age : 23
Localisation : STH

MessageSujet: Re: [FanficYaoi] Kiss Me Thru The Dark Ft. Epik High   Dim 16 Aoû - 13:36

Kaoru a écrit:
c'est bon...un peu trop dépressif pour moi, mais quand même bon :)
Mais c'est magnifique la dépression *---*
Ça va aller mieux là, je vais arrêter de faire souffir Tablo dans pas long,
mais merci : D
Revenir en haut Aller en bas
MiniLoliCath

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 15/01/2010
Age : 22
Localisation : Devant mon Ipod ( vive le wi-fi *_*)

MessageSujet: Re: [FanficYaoi] Kiss Me Thru The Dark Ft. Epik High   Dim 17 Jan - 0:46

Han la dépression *-* perso j'adore écrire la-dessus enfin bref j'aime beaucoup ta facon d'écrire (L) Braaavo *applaudis malgré le retard*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FanficYaoi] Kiss Me Thru The Dark Ft. Epik High   

Revenir en haut Aller en bas
 
[FanficYaoi] Kiss Me Thru The Dark Ft. Epik High
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vos Albums Originaux (seulement)
» "Fly" de Epik High était prévu pour Park Shin Hye
» [Chronique] Lonewolf "The Dark Crusade"
» NIGHTWISH - Dark Passion Play
» Could I have this kiss forever

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Qc Harajuku [Communauté du Quebec] :: Divers - Créations-
Sauter vers: