Pour les amants d'Harajuku qui habitent au Québec!
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Shizumu (Fanfiction)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Shizumu (Fanfiction)   Sam 13 Sep - 19:59

Titre : 沈む ( Shizumu )
Source : The GazettE
Auteur: moi-même(Himitsu)(ici Mikomi! ^^)
Genre: Je sais pas encore, comme ça me chante! ^^
Pairing : Yeuh sait pas...><
Disclaimer : Les membres de The GazettE comme tout autres artistes, même personnes ne m'appartienne pas, tout autant de leur actes!
Autres: Soyez sympa, c'est ma première vrai fanfic seule, j'en n'ai commencer une avec une française sur miyavi et Kana, mais j'en n'ai jamais fait toute seule...>< Et oui je sais que la majorité des gens disent ''mais ils sont trop connus ses gars là, c'est n'importe quoi!!!!'' Oui j'avoue, mais ils ont du talent et sont mignons. Ils sont surement très connu parce qu'ils sont mignon, mais une grande part est dû à leur talent aussi! Merci de bien vouloir laissé des commz!


沈む




J'étais assis, là, contre mon siège. Je regardais tranquillement les autres s'exercer avec leurs instruments. Qu'est-ce que je faisais ici? Cela faisait plusieurs semaines que c'était ainsi. Je les regardais se pratiquer et mettre en œuvre les prochaines pièces que l'ont joueraient en concert. Cigarette aux doigts, je la ramenai près de mes lèvres pour en prendre une nouvelle bouffée. J'essayais d'imaginer que cela me détendait, que les choses allaient mieux, que je me sentais bien et heureux de vivre. Bah, non, je n'étais pas si dépressif, mais j'avais pas mal perdu ces temps-ci. Une baisse d'énergie? Qui sait! J'aimerais tellement être comme eux. Ne plus être un simple pion qui remet les pots cassés à leur place. Devenir quelqu'un de vrai et connu pour ce que je suis, non pas pour ce que les autres veulent s'imaginer de moi. Pourquoi je me sens si inutile? Eux, ils s'en sortaient très bien. Les lettres des fans sortaient de partout. Moi toujours rien. Il fallait que j'exagère pour que l'on remarque que je suis un membre du groupe. Disons même qu'il fallait même que je me créé un personnage : dégoûtant.

J'expirai toute la fumée de mon corps en penchant ma tête vers l'arrière pour ne plus regarder ceux à qui je voudrais tant ressembler. Non, au moins avoir un peu de l'attention qu'ils ont sans à avoir à faire tout ce que je fais. Est-ce que eux aussi voudraient me ressembler? Absolument pas. Il n'y a pas vraiment grand chose qu'ils voudraient avoir de moi. C'est normal aussi. Et s'ils me méprisaient en fait? Était-ce pour cela que je les voyais souvent ensemble: têtes basses, aucunes voix ne se faisant vraiment entendre? Ou bien comme en ce moment: deux d'entre eux jouent côte à côte et murmurent je ne sais quoi. Parano? Je suis sur que non! Mes entrailles me firent mal. Depuis quelque temps, je me laissais dégénérer sur tout. Je travail trop et je ne mange pas suffisamment. C'est pour cela que parfois, j'ai mon petit lousse. Je m'emboucane. Je fume à n'en plus finir. Même la boisson me parait proche et finira surement en exposition dans mon frigidaire au début, puis finira sans doute dans mon corp.

Des rires. Ils rient de moi. Ça pourrait être cela, je suis tout décoiffé et les autres sont toujours bien mis. J'ai l'air d'un abbrutis. Je me lève pour enfin entendre que tout le monde à le droit à une pause d'au moins une petite vingtaine de minutes. Stratagème moins subitle pour bien mettre le plan en œuvre? Ils semblaient savoir exactement quoi faire pour me détruire. L'un trop concentré au téléphone ne prenait même pas le temps de me saluer de la main comme autrefois, un autre tournait en rond s'en me prêter attention comme si j'étais la peste elle-même. Et les deux autres? Que dire...sales hypocrites. J'en n'eus finalement ras le bol de ne plus exister, alors je sortis.

Le plafond de la salle de bain ne m'a jamais sembler aussi sale. Je remarquais chaque petit centimètre mal laver. Les graines ou petites tâches n'échapaient pas à mon oeil de lynx. Le carlage était froid, mais trempe aussi. C'était dégoûtant, mais je n'en fis rien et je m'assis dans le coin d'une cabine que je fermé. Je sortis finalement une petite bouteille de mes poches, ne sachant pas trop si je devrais en boire. Après tout, saoul, les gens pouvaient perdre la tête et je ne voulais pas donner une raison de plus aux autres de vouloir me faire sortir du groupe. La tentation fut trop grande, mais pas suffisamment pour me faire tout boire. J'en pris une gorgée et je fis une grimace. Bon dieu que c'était fort. Je n'y avais pas été doux non plus en prenant du rhum. Après quelques secondes, je ne goutais plus le goût fort, alors j'en pris une autre gorgée qui me fit faire une horrible grimace. Grimace qui enlaidissait encore plus qu'à la normal mes traits.

Je regardai ma montre. Il me restait encore quinze minutes. J'en rigolai silencieusement. Ma petite bouteille fut finit bien rapidement. C'était chaud dans ma gorge. Une larme se versa, mais fut bien vite essuyer. Je ne devais pas être faible. Je me laissai tomber contre le mur. Il ne fut pas long que je me sentis bien. Non, étrange. Lorsque j'entendis l'un d'eux crier qu'il ne restait que quelques minutes, je me levai, il ne fallait que les autres m'attendent. Idiot. Je n'aurais pas dû boire le rhum cul-sec. Je retombai sur mon arrière train, la tête qui me tournait. J'avais bouger trop vite. Qu'est-ce que j'allais faire là? Ils allaient se poser des questions s'ils me voyaient pu aussi énergique qu'avant. Il n'y aurait pas trop de question, ils en avaient rien à foutre de moi. Il y aurait bientôt quelqu'un pour me remplacer. Quelqu'un avec de la classe. Quelqu'un que n'importe laquelle groupies se jèteraient à ses pieds en demandant des faveurs ou n'importe lequel services qu'elles pourraient donner pour lui faire plaisir.

Je me rendis à la salle de répète à quatre pattes. Très lentement d'ailleur. Les gars n'étaient toujours pas là. Je les entendis au loin. Ils rentraient en groupe. Surement qu'ils devaient avoir attribué les rôles pour savir qui feraient les méchants et qui feraient les gentils avant de me dire de partir. J'atteignis un siège où je me laissai tombé lourdement, ce qui ne fit qu'empirer ma conception des choses. Une bonne claque m'aurait fait du bien, mais rien. Les gars retournèrent chacuns dans leur salle et jouèrent encore et encore. Je me dirigeai vers ma propre salle en titubant.



***************



J'allais beaucoup mieux que cet après midi. Dans le sens que je n'avais plus la tête qui tournait. Je suis partis avant que l'ont soient tous d'accord, comme toujours, que la répète était finis. Dans mon divan, je regardais la télé, le seul endroit où est-ce que les jeunes demoiselles semblaient prête à te donner tout les plaisirs que tu veux. Le toucher, eh bien, c'était ton affaire parce qu'elles, elles ne traversaient pas les écrans. J'aurais aimé par contre. Mon soupir me fit mal aux côtes. J'avais eus droit à plusieurs commentaires depuis peu. Voyons trop maigre pour tenir debout durant un show. Est-ce qu'il mange celui-là?

Je me demande de qui j'ai de besoin. Au fond de moi, je rêve d'une personne pas collante, ni chiante. Une personne qui prendra de connaître le vrai moi et qui prendra tout son temps pour s'occuper de moi. Quelqu'un qui ne jugera pas celui que j'ai été sur scène ou dans toute ma jeunesse ou autre moment de ma vie. Cette personne partagera les meilleurs comme les pires moments avec moi, mais grace à elle, tout ne pourra pas être mauvais. Rêveur. Je ne rêve qu'en des choses impossibles.

Je tournai ma pauvre tête vers ma petite fenêtre. Finalement, je suis peut être parano. Je suis tellement tombé bas que j'avais acheté des paquets et des paquets de cigarettes. Quand j'ai vu les spéciaux dans l'alcool, j'ai foncé et je me suis pas gêné question quantité. Puis, comble du fait, j'ai fait le con. J'ai trouvé un endroit qui avait l'air pas si mal question stock. Des choses qui produisaient des effets spectaculaires. Jasant d'un côté et de l'autre dans le coin, il a eut un gars qui m'a proposé pas mal de choses. J'ai accepté.



On sonna à ma porte. Je me levai tranquillement pour aller ouvrir. J'aperçu le visage du gars dans le cadrage de ma porte. Je le laissai entrer. Personne ne devait savoir que je faisais venir de la drogue, ni quoi que se soit qui pourrait briser tout ce qui avait été bâti. Le mec passa une main sur mon visage. Furieux, je le repoussai. Je venais de faire entrer un bi ou un homo dans ma maison? Quel con j'étais, déjà qu'il y avait des rumeurs qui courrait à propos de mon orientation, qu'est-ce qui se passerait si par le simple fait d'être gelé j'arrivais à faire des trucs avec un homme et que les gens l'apprenaient? Beaucoup plus solide que moi, le gars me jeta sur mon divan. Je fus apeuré, mais pas suffisamment rapide pour réagir. L'homme était déjà califourchon sur moi. Il me réexpliquait ma demande. Je lui avais demandé de la drogue, je ne sais même plus laquelle, je crois que je lui avais demandé pour être soulagé. Je me souvins aussi lui avoir dit qu'il était hors de question que j'en prenne seul, mais surtout avec ceux que je connaissais. Le voila qu'il allait me droguer, mais surement profiter de moi.

En deux secondes, j'avais l'aiguille dans les veines. Mon cœur avait un drôle de rythme. Je mourrais? Non, je me sentais bien...Je sentis à peine la langue du gars se poser sur mon visage ou ses mains qui me déshabillait. Qu'il en profite, moi je profiterais de cette drogue pour me sentir bien et voler bien haut dans l'extase de l'oubli. De toute manière, ce ne serait pas lui qui me ferait du bien, je ne le sentais déjà plus me toucher, même si je le voyais faire. J'avais pas envie de bouger. Je me demande ce qu'il avait mis dedans pour que cela aye agit ainsi. On s'en fou! Mes yeux quittèrent le gars qui me léchait le corps pour regarder le plafond, sourire aux lèvres.

Le lendemain, je ne voulus pas payer le gars qui se frustra bien sur. Je rigolai et méritai une de ses gifles qui vous fend les lèvres. Voyant qu'il allait continuer, je lui fis signe de m'en redonnai une dose et de partir ensuite avec l'argent qui se trouvait dans mon porte-monnaie. Chose bien méritai pour ses dures semaines que je venais de passer, j'eux droit à ma seconde dose. Mon portable sonna. Le gars répondit à ma place. J'entendis la voix d'un de mes amis parler demandant où j'étais. Bien mériter pour lui, l'homme face à moi hocha de la tête et raccrocha sans même que je réponde. J'éclatai de rire. Il n'avait pas idée de jusqu'à quel point je me foutais de ce qui pourrait se passer si je n'étais pas là. Ils s'en foutaient eux aussi, alors ils ne chercheraient pas longtemps.

Dommage, le gars me fit signe qu'il m'y mènerait après. C'était quoi son problème à lui? J'oubliai rapidement., retournant dans ma transe. Lorsque je retrouvai mes esprits, je ne sais pas après combien de temps d'ailleurs, j'étais en voiture. Le gars m'expliqua qu'il m'avait laissé des ceringues à la maison. Il me devait cela et mon transport avec tout l'argent qu'il avait pu se faire dans mon porte-monnaie. Dire qu'habituellement je ne traine pas grand chose. C'est vrai que j'ai pas mal retiré ces temps-ci. Je débarquai d'une drôle de démarche. De la même manière, j'atteins la porte et alla rejoindre les autres que je saluai chaleureusement. Je me sentais trop bien pour avoir l'air d'un de ses gars désespéré et triste. Je ris à leur regard. Impossible que je fasse dur, l'homme avait fait de moi un être présentable pour ne pas que j'ai trop l'air d'avoir eut deux doses rapprochées dans le corps.

Le reste de la journée c'est bien passé, chaque pause était bien arrosée dans les toilettes avec mon rhum que je buvais. Ma tête tournait, mais je n'en fis rien et continuai de m'amuser sans même me soucier de ce que je faisais vraiment...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Mer 24 Sep - 21:07

Chapitre 2 - 涙 (Namida)



POV Reita


J'ai réfléchi toute la soirée, assis dans mon confortable divan en regardant des films à la télévision. Les choses prenaient une tournure étrange ces temps-ci. Peu à peu, chacun d'entre nous se séparaient. Est-ce que l'ont avaient le besoin de se couper un peu pour quelque temps? On est tout de même toujours ensemble. Même moi, le pauvre baka du groupe ne trouvait plus de chose idiote à dire. Presque plus, l'imagination était coupée, même si les gens semblaient trouver que rien n'avait purement changé. Qu'est-ce qu'on allait faire de nos peaux? J'ai toujours préféré dire des trucs à la con, comme ça je peux faire rire presque n'importe qui avec les airs crétins que je suis capable de me donner. J'avais beau être lent sur la détente parfois, j'avais quand vu que de simples évènements nous séparaient rapidement. Quels évènements? Je crois qu'il serait temps de le savoir, après tout les moments que l'on a eu ensemble.

Une bonne cigarette entre les mains, j'expirai en regardant encore l'un de ses films d'actions que j'aimais bien? Aoi semblait en colère depuis quelques semaines. Pas le même visage habituel. Il y a des gens qui le trouvent sombre et avec une tête colèrique, une chance qu'ils ne le voient pas maintenant. Eh Ruki, complètement indépendant, quoi qu'il semble bien dans sa bulle. Uruha, on n'en parlera même pas! On ne le voit pratiquement plus. Kai...il prend tout au pied de la lettre, le pauvre. Je ne peux même plus faire mon activité préféré sans me faire solidement frapper ou jeter quelque chose par la tête. De vrai sauts d'humeur, il a dû se faire piquer par la même mouche qu'Aoi. Faudrait les faire sortir un peu. Peut être qu'ils sont en manque de nanas? Je ris intérieurement. Idiot, je savais que même si c'était cette raison, il y en avait des millions d'autres qui passaient avant.

Le baka du groupe que j'étais ce leva. Ba oui, je méritais bien un petit peu de remonte moral, non? Mon cerveau n'est pas conçu pour réfléchir trop longtemps, surtout lorsqu'il s'agit de savoir à quoi pense les autres. J'eux droit à mon coup de téléphone. Apparement, ont avaient programmé une pratique aussi pour demain. J'avais beau les pratiquer mille fois par jour, j'aimais toujours les rejouer. En plus, j'ai eu une idée, une sorte de vibration. J'espérais que les gars aimeraient bien le son que ça ferait, mais je me demande si leur comportement ne pourrait pas venir jouer sur leurs goûts musicaux. Je verrai! J'eus l'envie d'appeler Uruha, mon bon ami. Où est-ce qu'il est celui là. Encore dans les bras de nouveaux copins? Il me faisait tous...je les aime pas quoi c'est bien à cause d'eux que je perd Ruwa à mes côtés à cause de leur foutu soirée, je ne sais où! En me dirigeant vers mon divan, je pris la ferme décision que demain je devrai essayai de faire bouger les choses. Ouais, ont devraient redevenir comme avant.


***************


Je fus sans aucun doute le premier arrivé après Kai. Il me sourit comme à son habitude, mais je me suis bien vite rendu compte qu'il aurait vivement préféré que se soit quelqu'un d'autre. Je le regardai le menaçant d'un poing voulant lui donner un bine. Je dû me ravisser bien rapidement: il venait de me regarder avec des yeux en flammes. Non mais bon dieu seigneur, je suis né au mauvais moment! Pas à la bonne époque! Ou bien pas au bon endroit! Je vais me faire assassiner si personne arrive. Je reculai quelque pas et apperçu ma basse chérie, vers laquelle je sautai, évitant le regard meurtit du batteur en colère.

-Mon amoour! T'es mon amour, chu ta maîtresseuh...!

Uruha eut droit à ma petite chanson que je chantais, non faussais à ma belle basse. Il me regarda, un sourire aux lèvres, nous saluant d'une main...point finale? Le brun ne me regarda même plus, car il était retourné à ses affaires. Il n'avait adressé qu'un léger salut à Kai qui ne fit que lui répondre et partit. Aoi arriva, pas un salut, ni rien. J'eus droit à un regard suspect, puis il fouilla la salle de son regard perçant et salua l'Uruha dans son coin et moi de l'autre côté. Ce ne fut pas long qu'Aoi retrouva un peu son sourire. On put discuter comme des cons un peu comme avant. La bagarre d'enfant pris entre Uruha et moi. Aoi paquet de cigarette en main nous observait en riant.

-Je crois que Kai ne va pas...vous l'avez vu?, demandai-je, Ruki devrait être arrivé aussi non?

-Pas vu depuis qu'il a quitté la pièce.

-Ruki, en effet, mais il est toujours en retard...

Le petit blond fit son entré. Pendant deux secondes, je me demandai ce qui lui trottais dans la tête. Mais qu'est-ce que tu fou Baka! Pour une fois, je gardai le silence, cela devait être ma spécialité ses temps-ci. Ruki était d'une humeur a pété le feu comme depuis toujours! Kai apparut en entendant le jeune faire son bruit habituel. Déjà baguette en main, il était près, pas deux secondes à perdre même pas pour parler. Le batteur fit signe que l'on commençait immédiatement, pas plus tard. La lourde atmosphère tomba quand même rapidement. J'arrivai à retrouver ma ''baka attitude'' avec Ruki et Ruwa. Ça fesait un bail que l'on avait agis ainsi tous ensemble. J'aimais bien. Aoi entra rapidement dans le beat, mais en sortit tout aussi vite. L'indépendant! Il eût droit à une bonne correction de ma part. Je ne vis pas de Kai de la journée, sauf dans les pratiques ou j'eus droit à d'étrange sourire...lui il allait vraiment pas.

-Kai!, la pratique était finit et je courrais à ses talons pour lui tenir compagnie, qu'est-ce qui va pas, tu peux me le dire?

-Ferme toi et dégage!

-C'est pas toi d'agir comme cela...tu sais je suis là!

-Je t'ai dit de dégagé.

-Tu sais Ruwa disparait souvent ses temps-ci, il se coupe vite des gens. Aoi...

-DÉGAGE!

Je m'arrêtai nette. Prêt à entendre n'importe quoi, sauf de voir Aoi ou d'entendre parler de lui. Intéressant. J'aurais manqué quelque chose à ce point? Ils s'étaient toujours bien entendu ses deux là...Était-ce lui qu'attendait Kai au lieu de moi. Peut être, à moins qu'il aurait voulut parler à Uruha ou Ruki. Surement pas Ruki, il arrive toujours en retard. Je soupira froidement et courrut pour retrouver la même hauteur que notre batteur. Je le suivis sans rien dire. Vallait mieux rien dire, j'avais pas envie de créer une querelle en plus ici. Il prit finalement sa voiture et la démarra. J'eus juste le temps d'ouvrir la porte avant qu'il barre les porte. Je m'assis et ne dis pas un mot. J'attendai patiemment qu'il se passe quelque chose, mais rien. Je tournai mon regard vers Kai qui avait le front contre son vollant.

-eeee....Kai?

-Tu sors!

-Je te pose plus aucunes questions, mais tu m'ammènes!

D'un ronchognement, il démarra sa voiture et partit. Le silence était noir et sombre, très sombre. Arrivé à sa maison, je ne pus pas plus lui dire quelques mots. Il entra dans sa maison où j'eus le temps de me glisser, mais je manquai la recevoir en plein front. Je rentrai traumatisé dans sa petite demeurre. Je m'assis sur le sol ne sachant pas trop si je devais aller poser mes fesses sur son divan. J'avais pas envie de mourrir, pas maintenant. Trop jeune pour mourir. Il se dirigea éllico presto aux toilettes. J'en profitai alors pour faire une silencieuse tournée. Vilain garçon! Sa tête devait être aussi bordélique que sa maison. Je ne crois pas qu'il aye toujours été ainsi, colèrique. J'entendis quelques bruits, mais su rapidement que le batteur ne sortait pas des toilettes. Un coup d'oeil par-ci, un coup de d'oeil par là. Impossible de dissimuler quelque chose.

Retournant vers mon minuscule lieu de siège, j'apperçu une photo. Je m'approchai remarquant qu'il y avait du peuple sur la photo. C'était nous. Je souris. Je savais que Kai nous aimait trop pour nous détester tout à coup sans aucunes raisons valables. À moins que comme toujours je n'ai pas agit intentionnellement. Soudain, j'entendis quelques pleurs. Je relevai la tête.

-Kai?

J'osai pas m'approcher de la toilette. De toute manière, est-ce que c'était vraiment lui qui pleurait? Peut être que c'était un des appartements voisins aussi...surement cela! Mon regard se retourna vers la photo de notre groupe. Une vieille photo, mais ont avaient tous signés sous chacunes de nos têtes. Il avait dû prendre cette photo pendant que nous signions des autographes ou autres. Je me demandai même si ce n'était pas la batch où il nous en manquait le plus dans ce style là.

-La photo du groupe de 2004 non?

Aucunes réponses, mais je n'en avais pas besoin. C'était surment cela! Eh merde! Je m'approchai de la porte de la salle de bain. Manque de chance, je tombai nez à nez avec lui. Les yeux rougis, il me regardait tristement, essayant de cacher cela par un sourire. Bon dieu, est-ce que c'était une femme? Il changeait de caractère chaque fois qu'il entrait ou sortait pièce pratiquement. Je regardai dans la salle de bain, essayant de trouver des tampons ou je ne sais quoi. Je me frappai vivement la tête.

-Kai...est-ce que tu es dans ta semaine? Est-ce que tu vas me répondre...? J'ai fait quelque chose de vraiment mal?

Le batteur secoua la tête. Il prit dans ses mains la photo dont je parlai et alla la ranger, surement sous une pile de vêtements ou un tas de trucs qui traînaient. Il ne parlerait donc pas. J'eux droit à de nouveaux pleurs, ce qui me confirma plus que rapidement que c'était lui. Je m'avançai vers lui et l'attrapa dans mes bras. Il ne se débatta pas, alors je le serrai contre moi, le berçant tranquilement. Bien sur, habituellement, j'aimais bien le frappai, c'était mon petit punshing préféré parce qu'il embarquait toujours dans le jeu.

-Reita, je sais que je vais pas...mais je crois qu'il a un cas pire que le mien...il faudrait sans occuper.

-Kai, là je suis ici pour t'aider. On s'occupera d'Aoi après!

-Reita de n'est....il faut faire quelque chose...je sens que ça va mal aller...


---------------

POV- ?

Couché dans mon lit, cette fois, j'ai appelé une jolie demoiselle pour qu'elle s'occupe de moi. Tellement belle. Elle m'injecta ce don j'avais besoin, mais j'eus droit à un comprimé en plus. Elle allait me bénir ce soir! Le septième ciel allait m'appartenir. J'avais les idées un peu confuses déjà. Lorsque j'étais arrivé à la maison, j'avais pris un peu de mon boire favoris : le rhum! Puis elle arriva. Je ne connaissais pas ses origines et sans méchanceté, je m'en foutais royalement. Enfin avec mon injection tout irait bien. Je savais quel comprimé elle venait de me donner là, mais de toute manière je m'en fichais parce que j'étais bien. Une vraie vie avec les anges célestes. Le paradis quoi!
Revenir en haut Aller en bas
Saatanan Kakarat

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 30/08/2008
Age : 26

MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Mer 24 Sep - 23:30

Enfin, un fan fic sans Yaoi.
Revenir en haut Aller en bas
Iko'

avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 29/04/2008
Age : 23
Localisation : Sur une chaise O__O

MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Mer 24 Sep - 23:59

J'ai eu le temps de tout lire avant 11h XD YES!

SÉrieusement, c'est très bien écrit, moi j'aime bien, et j'ai aucune putain d'idée de qui se drogue comme ça, sauf que j'ai des soupçons sur Ruwa. >.<

Mais moi jveux la suite >.< si les autres la veulent pas TANT PIS moi je la veut!

_________________

Spoiler:
 
Top 5...xDD
1- Don't Don (Super Junior) 787x
2- STIGMATA(RENTRER EN SOI) 524x
3- UNENDING SANCTUARY (RENTRER EN SOI) 330x
4- EMPIRE OF THE LAGOON(12012) 303x
5- Chizuru (the GazettE) 287x
Revenir en haut Aller en bas
http://iko-chann.skyrock.com/
Hime Mariah

avatar

Genre : Féminin
Messages : 686
Date d'inscription : 10/05/2008
Age : 23
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Jeu 25 Sep - 18:24

HAN! *BAM*
C'est étrange, mais elle me plait ta fic **
Ça me fait penser à un RP...
Et dedans c'est Aoi qui se drogue.
Je veux la suiteuh **

_________________
Always Keep the Faith ♥
Revenir en haut Aller en bas
Julie la petite dauphine

avatar

Messages : 3011
Date d'inscription : 20/01/2008
Age : 25
Localisation : dans un autre monde

MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Jeu 25 Sep - 19:08

Ouais! moi aussi je veux la suite!... serieux j'aime vraiment! il se passe pas tant de chose que ça... mais la manière dont tu l'écrit fait que c'est tout sauf ennuyant et il y a même du suspense! j'adore! même si c'est triste et déprimant... j'ai bien hâte de voir la suite! =)
Revenir en haut Aller en bas
Kea

avatar

Messages : 703
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 23
Localisation : St-Hippolyte

MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Jeu 25 Sep - 19:34

Je veeux aussi voir la suite!tu écrit vraiment bien!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://ronron--x.skyrock.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Jeu 25 Sep - 22:36

Wow, je suis surprise la...pleins de commz! Yahoo!(Non la joie là dedans c'est que vous aimez et que vous m'en faites part)

Saatanan Kakarat -> Ton commentaire à l'air plutôt positif, lol merci beaucoup!

Iko -> Marki beaucoup petite Iko-Kun! ^^

Hime Mariah -> RP dans le sens que cela change toujours de perso? J'aime ça comme cela moi! ^^ Merci beaucoup Hime!

Mizumi -> Pleure pas Mizumi-Chan!!!!!!!!!

Kea -> Un très grand merci Kea!

En fait merci à vous tous! Espérant vous faire plaisir, voici la suite!

Chapitre 3 - Miryou



POV Uruha ( Quelques jours plus tard )


Une beauté, incroyable. Elle dansait devant moi, juste pour moi. Il n'y avait personne que nous deux dans ce bar merdique. Elle et moi. Cette déesse, celle dont n'importe quel homme serait prêt à tuer seulement pour pouvoir l'effleurer d'un doigt, même juste pour la regarder. Ses Européens et Américains venaient pour nos dames: ''nos jolies asiatiques'', mais rien ne valait mieux qu'une de ses dames de l'ouest. Pure, douce, sensuel du bout des pieds jusqu'à la racine des cheveux. Leur parfum fait perdre la tête à n'importe lequel imbécile en mon genre. Ses courbes étaient incroyables et tout en plus chaque partie d'elle semblait être créée par dieu et pour dieu lui-même. Apparemment, elle n'avait pas encore perdu la tête pour sauter dans la chirurgie. Avec ou sans, même les anges ne pourraient pas être aussi beaux ou belles qu'elle. Ses gestes gracieux et sur-sensuel me donnaient des frissons.

C'était à cause d'elle que je ne restais jamais bien longtemps avec les autres. Je connais par coeur les jours et les heures où elle travaille. Je connais sa vie de bar. Une fine partie de moi voudrait bien connaître sa vrai vie, savoir pourquoi une petite ange est ici, en cet endroit miteux, forcée de faire du charme aux hommes, malgré que ce ne soit pas très difficile. Mais bien sur, une grande part de moi était prêt à lui sauter dessus et de partir avec elle. La garder pour moi et pouvoir tout faire d'elle. Où je pourrais la cacher? Surtout, comment la cacher des gars? Je veux bien croire que je ne riposte pas pour partager, mais elle...hors de question. Je suis très ouvert d'esprit, mais quand même. Son regard vert plongea dans mon regard rêveur et avec l'appétit très grande. Il ne fut pas long que j'eus droit à mon show. Oui ''mon'', parce que j'oublie les autres con comme moi qui l'observent avec grande attention. Ses lèvres pulpeuses caressent la tige de métal qui se tenait verticalement près d'elle. Je fus pas le seul à réagir. On dit souvent que les hommes ont pas une grande imagination, mais s'imaginer à la place de cette ridicule barre est tout de même simple. Ensuite, on est aussi capable d'imaginer le plaisir qui s'en suivrait. On est pas con!

Je passai ma soirée avec une bouteille à la main. Une bouteille...disons qu'elle était bien vite changée, mais cela faisait en sorte de donner plus de sens aux mouvements envoûtants de Miel. Quand toute l'alcool aurait bien fait son effet, il y aurait moins de gêne...qui sait jusqu'où chacun de nous, hommes, pourrons-nous rendre pour trouver le moyen de vraiment atteindre l'extase sans faire de mal à cette poupée impossible à atteindre? Dans ce genre de moments, je ne pensais plus au groupe, plus à rien. Même que depuis peu, même durant les pratiques la musique qui parvient de mes cordes redevient celle que j'entends ce soir, comme tout les autres où je suis là pour voir la déesse, et ainsi je reviens toujours, même dans mes rêves. Ou bien, parfois je me demande quel genre de cadeau elle pourrait bien me faire à savoir que je suis un des guitaristes de The GazettE. Je veux bien l'avoir, mais pas comme cela. Sans maquillage, il fallait vraiment des groupies ou des connaisseuses de mon être pour me reconnaître. Surement pas le cas de Miel, sinon je l'aurais dans les bras depuis longtemps, à moins qu'elle me déteste? C'est quoi cette idée, elle me connait même pas!

Miel...

Ses mots sortirent tout simplement d'entre mes lèvres. Elle venait de faire un de ses déhanchements que...disons que tu restes tendu pour ne pas te la faire sur scène. Son regard de verdure rencontrèrent à nouveau les miens, comme surement ceux qui l'entouraient avec moi. Oui, elle savait qu'elle effet elle nous donnait. Cette déesse savait exactement quoi faire pour que l'on ne sache pas quitter à l'heure pour ne pas être fatigué le lendemain. Elle savait comment faire pour que l'ont ne pensent qu'à elle. Seulement à elle. Ses doigts nous montraient que nous étions ses pantins, son corps nous faisait rêver le rêve que c'était chacun de nous ses préférés. Je suis son pantin, son protecteur...quel lavage de cerveau. Je dis pas non, si l'on ne m'enlève jamais froidement ce rêve, cette perfection qu'était Miel.
La soirée passa trop vite. Déjà, il y avait une autre danseuse. La majorité d'entre nous partirent. Quelques autres restèrent par respect. Moi, je me dirigeai seulement au bar. Celle qui vendait vraiment leur chair me dégoûtait. Peut être que si un jour Miel vendait son corps, j'accepterais...seulement moi...égoïste! Mais elle n'est qu'une danseuse. Une extraordinaire danseuse, une envoûteuse, jeteuse de sortilège, charmeuse. Si seulement je pouvais la voir en vrai. Petite ange céleste. Je ne resterai pas vraiment plus longtemps. Après demain je reviendrai, car demain, elle n'était pas ici. Dommage...non apocalypse!



***************



Il devait être 6 heure...5 heure? Non, presque 5 heure du matin et mon putain de téléphone sonnait! Je dis pas si j'avais donné mon numéro à Miel, après cela aurait pu être elle qui m'annonçait qu'elle avait peur de se rendre à son appartement ou autre chose. Eh bien, non! Je le cherchai à tâtons. IL EST OÙ BORDEL? Je me jetai au sol et cherchai dans mon fouillis que je laissais là depuis que je portais plus mon temps sur Miel que même sur le fait de manger. Plus de sonnerie. La personne avait raccroché! Je laisserai pas cela comme cela s'en était sur! Ce fut alors mon cellulaire qui sonna. Je poussai un cris de rage. Je me jetai de l'autre côté de mon lit, mais je ne le trouvai pas plus sous ma nouvelle garde-robe-dépotoir. Puis tout s'arrêta. Je cherchai le mur le plus près. Je n'aurais jamais dû changer les meubles de place pour essayer de faire plus de place, c'est comme cela que j'avais perdu mon orientation. Je finis par trouver l'interrupteur que j'alluma. Je bottai mes vêtements en tout côtés.

-BORDEL! TU ES OÙ! JE VAIS PAS ME RECOUCHER POUR ME FAIRE DE NOUVEAU RÉVEILLER SANS SAVOIR OÙ TU TE CACHES!

Je jetai mon dévolu sur ma deuxième petite lampe qui ne survécu aucunement. Même une réparation de base ne pourrait jamais la ramener en ce monde. J'avais peur de marcher soit sur mon téléphone ou sur mon cellulaire, donc je ne bougeais pas d'où je me trouvais, un cercle de vêtement et de meubles par-ci et là tout autour de moi. Mon deuxième, vieux, portable sonna. Est-ce que c'était si urgent? Ou c'était un coup? Je veux dormir!!! Je courrai à l'extérieur de ma chambre, ouvrant les lumières partout dans ma demeure. Je bottais ce que je laissais traîner depuis quelques semaines, voir des mois. Tout mais il fallait que mon chemin se libère. Je n'arrivai, encore une fois, pas à temps. Malgré que là, j'avais mon portable en main, près à l'ouvrir. Il fallait vraiment qu'il n'y est pas d'affichage sur ce truc la?. Pourquoi je le gardais encore d'ailleurs?

En colère, je retournai dans ma chambre. Je pris mes vêtements que j'étalai sur mon lit. Un petit ménage s'imposait. Je n'endure pas le fait de me faire réveiller, puis appeler sur trois appareils sans pouvoir savoir ce qui se passe. Vous n'avez aucune idée des choses que j'ai pu trouver dans ses vagues de linges ou de bébelles. Même des insectes...quel horreur. Disons que j'ai passé le reste de ma nuit à tuer ses stupides fourmis et araignée ou je ne sais quoi encore. J'ai aussi ranger mes vêtements dans ma commode ou dans mon garde-robe. Mes objets s'entassaient maintenant sur mon bureau ou ma table de chevet. ET!!!! Mon merdier de téléphone juste à côté de mon lit, sur un petit bureau improviser avec ses deux compagnons.

Quand je fus vraiment satisfait de mon ménage, je pris enfin mon téléphone. Kai? J'espère qu'il ne m'avait appelé au beau milieu de la nuit pour me dire que demain il y avait oui ou non pratique. Je le tuerait. Apparemment, il avait essayé de m'appeler toute la soirée soit sur mon portable ou mon téléphone. Ce fut le simple fait de voir plusieurs fois aussi le numéro de Reita qui me convainquit que ce n'était pas seulement pour une pratique. Ils dormaient pas eux? Moi non plus d'ailleurs, mais cela était bien de leur faute! Je composai le numéro de Reita, juste pour être sur que Kai n'est pas trop capoté seulement pour me dire qu'il y avait pratiquement demain.

-Hallo?

-Reita, c'est Uruha, j'ai vu que toi et Kai m'aviez appelé toute la soirée, dis moi que ce n'est pas pour la pratique de demain ou je vous tue! Je me suis couché tard et me faire réveiller le matin...non la nuit, tu sais que.............!

-Ruwa! Ruwa! Uruha, tais-toi un peu! Aoi est à l'hôpital!
Revenir en haut Aller en bas
Iko'

avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 29/04/2008
Age : 23
Localisation : Sur une chaise O__O

MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Jeu 25 Sep - 22:45

...oh damn. AOIIII >.<

NAOOON PAS AOIIIIII >.<

*Iko tu l'aimes même pas XD* PAS GRAAVE >.<

Me want la suite Mikoki-chouchan? XD

_________________

Spoiler:
 
Top 5...xDD
1- Don't Don (Super Junior) 787x
2- STIGMATA(RENTRER EN SOI) 524x
3- UNENDING SANCTUARY (RENTRER EN SOI) 330x
4- EMPIRE OF THE LAGOON(12012) 303x
5- Chizuru (the GazettE) 287x
Revenir en haut Aller en bas
http://iko-chann.skyrock.com/
Hime Mariah

avatar

Genre : Féminin
Messages : 686
Date d'inscription : 10/05/2008
Age : 23
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Ven 26 Sep - 19:22

HAAAAAAAAAAAAAAAAN *crève*
C'est trop bon ** Par contre, fait un peu attention aux fautes. Rien de dramatique, mais j'ai remarqué. ^^; *dictionnaire ambulant*
RP je voulais dire RPG. xD
Et pis j'avais raison bon! *fière*
Je veux la suite et puis voilà xD

_________________
Always Keep the Faith ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Jeu 2 Oct - 23:30

Petit, mais je veux savoir ce que vous en pensez!

Chapitre 4 - Yuuutsu





POV Aoi



Étendu sur mon lit d'hôpital. J'aurais souhaité ne jamais voir le visage de mon camarade. Kai. Une chance qu'il n'avait pas son sourire habituel. En fait, je lui avais fait disparaître depuis quelques semaines, surtout la dernière fois que je lui ai parlé. Là, par exemple, c'est lui qui pouvait me faire la morale. Ses petits yeux tristes m'observaient avec peine. Il avait pitié de moi, quel horreur. Je déteste que l'on me regarde avec pitié. Je n'aime pas non plus la manière dont certaines personnes s'occupent de moi, elles m'accaparent et m'empêchent de vivre. Lui qui savait toute l'histoire. TOUTE! Apparemment, il avait fait en sorte de mettre l'emphase sur la situation en amenant Reita. Je les voyais de sur mon matelas blanc. Ils appelaient Ruki et Uruha qui devaient être on ne sait plus où. Bon dieu que j'avais envie d'être seul. Je tentai de tourner ma tête, mais je me rendis compte que l'accident m'avait complètement paralysé certains muscle, dont celui de bouger mon cou pour regarder autour de moi. Je n'avais pas mal, mais j'avais dû saigner avec le nombre de bandages que j'étais capable de voir sur moi. Mon regard se reporta aux personnes qui m'entouraient. Une infirmière par-ci, un médecin par-là. Ils ne faisaient que prendre de mes nouvelles, me demandant en quelle année nous étions, qui j'étais, quel couleur était tel ou tel chose. Est-ce que le coup avait été si brutal? Mes paupières lachèrent prises et se fermèrent pour me laisser tomber dans une brume épaisse...



***************



POV Uruha



-QUOI! Qu'est-ce qu'il fait là? Est-ce que vous êtes tous là?

-Aoi n'est pas en état de faire de grandes phrases, voir même de parler et Kai semble savoir quelque chose, mais ne veut rien dire. Ruki est partit se chercher un café et moi, j'attends sur un siège à l'extérieur, au même étage où est Aoi.

-Bordel, vous auriez pas pu me contacter plus tôt?

-Si tu laissais ton cellulaire allumer ou que tu le traînais quand tu sors! Est-ce que tu vas....

-Je me ramène maintenant! Reste à l'extérieur, je te rappel dès que je suis dans le stationnement pour avoir plus d'informations.

Je raccrochai et me dirigeai vers mon garde-robe. Les choses étaient plus ramasser donc plus simple à choisir et à prendre. Je pris les choses au hasard, de toute manière, je ne les ferai pas attendre. Surtout Aoi, qui était toujours là pour nous. Pendant deux secondes, j'eus l'envie de me retourner de bord pour trouver quelque chose d'exceptionnel, après tout, peut être que Miel serait là? Perdu dans mes pensées, je perdis tout le temps que j'avais gagné en attrapant mes vêtements rapidement et sans vrais choix. Si elle me voyait là, comment elle me trouverait? Est-ce qu'elle profiterait du fait qu'elle n'est pas au travail pour...Je secouai ma tête pour me rendre compte que j'étais plus lent qu'un escargot. Sortant en courant de mon appartement, je sautai dans ma voiture que je démarrai en un tour, puis partis.

Ce fut de ne pas sombrer dans mes fantasmes qui fut dure pour la route. Un vrai exercice mental, puisque je trouvais le moyen de rapporter chaque chose à elle. Mais où iraient les hommes sans les femmes? Je serais peut être dans les bras d'un de mes collègues, certainement quelque chose de sur plaisant pour les fans, comme moi je trouverais sur plaisant d'être avec...NON! J'ai presque rentrer dans la moitié d'une dizaine de personnes qui passaient devant moi. Bordel...Je trouvai finalement l'hôpital et je téléphonai à Reita pour qu'il me donne quelques points de repères. En moins de deux, j'étais à l'intérieur et je tentais de trouver le moyen de m'orienter dans ce monde infernal de blessés. Les couloirs étaient pleins. Moins que d'habitude, mais il manquait toujours quelque chambres. Les murs blanc presque jaune donnaient souvent l'impression d'être plus vivants que les morts-vivants sur leur lits. Les étages étaient sombres et plutôt mal éclairés, mais on pouvait tout de même faire les distinctions des détails environnants. Enfin la bonne section, la bonne étage, il suffisait maintenant de trouver la bonne chambre. Je me demandais ce qu'il lui était arrivé. Il n'était pas dû genre à se mettre lui-même dans des situations pareils. Il avait toujours eut de bons réflexes, mais de bonnes intuitions aussi.

La chambre! Je m'arrêtai devant. Que faire? Regarder par la fenêtre qui donnait une petite vision dans la chambre? Je regardai autour de moi : des gens par-ci et là attendaient des nouvelles de leur proches. Kai était sur les nerfs : il était tendu comme une planche sur son siège et regardait fixement devant lui, sans sourire, est-ce qu'il avait besoin d'un médecin lui aussi? Reita regardait autour ou se tenait la tête dans les mains, mais ne disait pas un mot. Lui aussi devait être malade. Pas un signe de vie de Ruki par exemple. Il devait être resté en-bas pour boire son café ou il en avait trop bu, alors il était rendu au toilette. Je tassai ma tête, ne voulant qu'apercevoir le doux visage de mon ami. Je fus horrifié. Il avait des pensements partout sur le corps et ses vêtements étaient pratiquement tous déchirés. Je ne voulut pas regarder la suite, donc j'allai rejoindre mes compagnons.

-Kai, tu ne devrais pas nous expliquer ce qu'il se passe?, demanda finalement Reita.

-Je ne sais pas si il voudrait que vous le sachiez tous. Il doit déjà être faché que l'on ne soit pas resté à nos affaires, alors imagine s'il apprenait que vous savez tous...

-KAI!, criais-je en cœur avec Reita.

-J'ai dit non...

-Et où est Ruki?, demandais-je pour changer de sujet.

-Disparut!, fut la seule réponse à laquelle j'eus droit.

Reita finit par se lever. Il passait par-ci et là, devant les gens. Un vrai labyrinthe. Il ne devait même pas savoir vraiment quel trajectoire il désirait suivre. Notre bassiste s'arrêta finalement devant la fenêtre de la chambre de notre pauvre guitariste. Tête basse, il était pitoyable. Ont savaient tous qu'il faisait craquer les filles par millier, mais là, si elles l'avaient sous leurs yeux : elles en pleureraient. Moi, j'ai pleurai en tout cas. Mes larmes se versaient toutes seules, mais ce n'était pas parce que je voyais Reita comme cela. C'était le simple le fait de tous nous voir ainsi. À bout de nerfs, perdu...Ont semblaient déjà se perdre tranquillement, sans même le vouloir.

-Il devait être en train de penser ou de pleurer. Il ne devait pas être concentré sur la route. Un camion lui a rentré dedans...il a eut beaucoup de chance Uru, beaucoup! Moi qui savait...

Je me tournai vers Kai qui avait lui aussi les larmes aux yeux. Ont étaient tous fatigués, extrêmement fatigués. Un accident de voiture. Il n'aurait pas dû conduire. J'aurais dû, pour une fois, oublier Miel et m'occuper de ceux qui voyaient vraiment que j'existais. J'aurais pu empêcher cela, prendre moins d'alcool et m'occuper de celui qui en avait fait tellement pour moi. Je te demande pardon Suguru, pardon pour ne pas m'être occupé de toi, ne pas avoir su voir que ta vie était rendu noire à ce point pour que tu ne saches plus trouver le danger autour de toi. Je m'approchai de notre batteur et le prit dans mes bras. Pauvre petit ange. Il n'avait rien fait de mal, lui qui voulait du bien à tous.

-Ce n'est pas de ta faute, c'est moi qui m'est moins occuper de lui. Il a sombré et moi je n'ai rien fait. Ce n'est pas ta faute, même si tu savais.

C'est ainsi que l'on s'endormit. Bras dans les bras. Une tête sur l'épaule de l'un et l'autre tête sur l'épaule de l'autre. Nos larmes coulaient comme un torrent. Aoi nous aurait trouvé ridicule, même pitoyable, mais ont se sentaient tellement faibles, tellement minables de n'avoir rien fait. Nos corps étaient raides, surtout que les chaises ne nous donnaient aucuns confort en soi. Nous étions tout de même alerte à n'importe quelle nouvelle sur l'homme endormit.



***************



POV ( Pardon Hime Mariah! )




Qu'est-ce qui se passerait si c'était moi? Est-ce qu'ils en feraient autant? Auraient-ils tous ses larmes aux yeux, pleurant le fait de rien avoir pu y faire. Ils me détestent. Je devrai encore attendre pour me faire mettre dehors, car là, ils auront besoin de moi pour des raisons plutôt inventées parce qu'ils n'auront pas à leurs côtés leur grand Suguru. Appuyé contre l'un des cadrage d'un corridor menant à la petite salle d'attente, je les observais. Je n'osais pas m'approcher. Une chance qu'habillé ainsi Uruha ressemblait à une fille, parce que si ont nous avaient reconnu, ils auraient passé pour guay. Je ne sais pas ce que murmurait Uru, mais apparemment, c'était très délicat, parce que ses mains longeaient le dos de notre grand sourieur.

Je tournai finalement les talons. Où aller? Loin, loin pour ne plus voir ses gens attendre à en mourir ceux qui sont allongés. Je me sentais mal, j'avais besoin de ma dose, j'en n'avais pas pris depuis que j'avais su que Joyama était à l'hôpital, j'en avais pas eu le temps. Avant même d'arriver à la porte, j'avais déjà ma seringue de prête. Je tremblais tellement je voulais aller plus vite. Je courus à l'extérieur et tournai un coin bien rapidement. Je me fis un simple garrot et voila...Les choses tournaient, devaient plus amusante. Je caressai le sol de mes doigts. Une sorte de frisson parcourut mon corps jusqu'à l'échine. J'ai besoin de quelqu'un, je veux quelqu'un, pour moi...! Mes mains attrapèrent mon téléphone et j'appelai le seul numéro d'aide que je connaissais maintenant.

-Oui?

-Mitch...à...je...

-Oui?

-À l'hôpital, près de l'université, j'ai besoin de toi...

-Tu as trop pris...

-Non, un ami à...accident...je suis...ruelle juste à côté de l'hôpital.

-Je vais te chercher...

Je ne fermai même pas mon téléphone. Il tomba au sol et ma main le suivit. Ma tête tomba vers l'arrière. J'avais besoin d'une autre dose? Je ne savais plus. Le ciel tournait, autour de moi aussi. Un vrai manège, mais celui-ci ne s'arrêtait jamais. Je pris une autre des quelques seringues qu'ils me restaient sur moi. Mon corps vibrait, comme tout à l'heure lorsque j'en n'avais besoin, alors cela devait être la même chose. Dire que j'en n'avais déjà pris un peu plus qu'à l'habitude. L'aiguille pénétra dans mes veines déjà bouffies par les autres piqures que m'avais fait mes autres doses, et voila, le liquide entrait froidement dans mon corps affreux pour enfin le rendre plus merveilleux...

-Ruki...?
Revenir en haut Aller en bas
Hime Mariah

avatar

Genre : Féminin
Messages : 686
Date d'inscription : 10/05/2008
Age : 23
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Ven 3 Oct - 18:44

HAAAAAAN **
Tout simplement génial.
Alors c'est Kiki qui se drogue? °°
Ben, j'ai rien d'autre à dire et je veux la suite hein? **

_________________
Always Keep the Faith ♥
Revenir en haut Aller en bas
Iko'

avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 29/04/2008
Age : 23
Localisation : Sur une chaise O__O

MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Sam 4 Oct - 1:57

WAAAH ô__ô j'ai l'impression d'être là à l'hopital avec eux x)
*se prosterne devant Mikomi*
*ç*
Me want la suiteuh x)

_________________

Spoiler:
 
Top 5...xDD
1- Don't Don (Super Junior) 787x
2- STIGMATA(RENTRER EN SOI) 524x
3- UNENDING SANCTUARY (RENTRER EN SOI) 330x
4- EMPIRE OF THE LAGOON(12012) 303x
5- Chizuru (the GazettE) 287x
Revenir en haut Aller en bas
http://iko-chann.skyrock.com/
Julie la petite dauphine

avatar

Messages : 3011
Date d'inscription : 20/01/2008
Age : 25
Localisation : dans un autre monde

MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Sam 4 Oct - 12:36

OMG!!!

J'capote là!! Dépêche toi de poster la suite!! c'est fou comme ta fic est malade!! j'adore!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Sam 4 Oct - 15:24

Oui oui, je me dépèche xD Bon, je suis contente que vous aimiez! Vraiment contente, donc je voud laisse avec la suite! Si vous n'avez pas encore découvert qui était le drogué...vous le saurez ici...les complications commencent!

Court, mais j'espère que vous aimerez!

Chapitre 5- Men'dou




POV ??

Je l'avais vu quitter l'hôpital en courant. Je l'ai vus fouiller dans sa sacoche, quelque chose qu'il devait venir d'acheter, depuis ses drôles de semaines. Je l'ai vu prendre un mince tube que je savais être une seringue. Je suis pas con, mais lui nous voit ainsi. Je l'ai suivis du mieux que je pus. J'avais quand même dû donner une bonne raison pour partir. Il y avait trop de gens dans cette hôpital. J'avais dû mal à le suivre, mais je voulais savoir ce qui le rendait si distant avec nous. Je voulais savoir ce qui arrivait à notre cher Ruki. Je le vis se mettre à courir. Était-ce parce qu'il m'avait vu? Non, il a toujours regardé en face de lui, il n'a même pas tourné la tête jusqu'à maintenant, sauf sur les côtés. Je me mis alors à courir, il ne fallait pas que je le perde de vue. Trop tard. J'ai juste aperçu sa petite tête blonde tourné, puis plus rien. Je rouspétais sur le perron de l'hôpital. Je tentai de suivre son chemin, mais si seulement je pouvais être dans sa tête, peut être qu'on pourrait régler un problème, ainsi le groupe irait mieux? J'aperçu une petite ruelle plus loin, sale et mal propre. Il serait allé là? Je n'étais pas sur d'où j'allais. Je me dis que je l'avais surement perdu dans cette foule de gens qui me bousculaient. Que faire? Je perds patience et quelque chose en moi me donnait des frissons. La peur d'avoir déjà perdu un ami? Un être cher?

Je décidai d'aller voir, personne n'allait par là. Il aurait été dans son jugement d'aller là s'il voulait être tranquille. Je m'avançai pas à pas, toujours incertain du raisonnement qu'avait pu avoir Ruki. En arrivant au premier espace, mon coeur se mit à battre. Qu'est-ce que j'allais voir sous mes yeux? Je me tournai lentement et mon coeur manqua lâcher. Absolument rien, juste des ordures empilées les unes par-dessus les autres. Je repris mon souffle et repris mon chemin. À peine quelques mètre plus loin, il y avait une autre minuscule ruelle, juste en face de l'université. Mes pas étaient plus long, j'avais...peur. Quelque chose dans l'air me disait que tout allait mal en cette journée. J'entendis un bruit de portière derrière moi. Un homme se dirigea vers la ruelle que je venais d'aller voir, mais rebroussa chemin en retournant dans sa voiture. Ruki...bon sang! Je marchai plus rapidement. La voiture s'avança. Je courus, tournant dans la ruelle.

- Ruki?

Je me figeai froidement. Il était allongé contre le mur d'une bâtisse sale, son portable gisait sur le sol tout comme son possesseur. Quelque chose m'horrifia : il tenait une seringue du bout des doigts et sa sacoche ne contenait que cela et un garrot était à son bras bouffit et percer. La portière s'ouvrit derrière moi et l'homme revint. Cette fois, il me poussa contre le mur. Quand je le vis s'avancer près de mon Ruki, je pété un plomb me lançant sur lui. Je lui décoché un coup de poing. Quand il se tourna vers moi pour me frapper à mon tour, j'aperçut ses traits. Un androgyne. Son coup me fis tout de même mal à la mâchoire. Qu'est-ce qu'il voulait à Ruki? JE SUIS SON AMIS! C'EST NOTRE CHANTEUR, IL N'A RIEN À FAIRE AVEC CET HOMME! Puis je sentis quelque chose d'horrible et froid me rentrer dans l'avant bras, près du plis du coude.

-Pourquoi tu fais ça Ru....k..i..........?

-Mitch aide moi...

Le liquide était tellement puissant qu'il réagit dès qu'il fut injecter. Ma tête tourna et je dû me descendre tranquillement à quatre pattes pour éviter une chute prochaine. L'homme avait pris Ruki contre lui et le traînait dans sa voiture. Ma vision se brouilla et une drôle de sensation me parcourut. Je prenais plaisir à cette drogue? J'entendis la voiture partir. Ruki pourquoi est-ce que tu nous abandonnes? Qu'est-ce qu'on a fait? Qu'est-ce qu'on a pas fait? Je me laissé tomber au sol pour reprendre mes esprits. Le liquide était devenu un peu comme s'il avait cuit dans mon corps. C'était si horrible à mes yeux, mais mon corps si plaisait. Après un certain, je pus me lever. Je ne savais pas quoi faire. Je m'appuyai contre le mur, me glissant petits pas par petits pas vers l'hôpital. Les gars ne me croiraient pas et si oui, ont ne pouvaient pas laisser seul Suguru, oui mais non! Surtout que je ne pouvais pas leur dire que Ruki avait été enlevé par quelqu'un qu'il avait suivit. Aucun sens!

Quand j'arrivai dans la salle d'attente, un infirmier m'arrêta pour savoir si j'avais besoin d'aide. Je lui demandai de juste m'aider à me rendre au siège que je lui montrai du doigt. Il me regarda pendant un moment et me dis que j'avais besoin de me faire soigner. J'avais halluciner? Non apparemment, on voyait clairement dans mes gestes et mes yeux que j'avais ''pris'' une drogue forte. Je perdis patience et me rendis du mieux que je pouvais au siège dont je parlais. Mes compagnons se jetèrent sur moi, me demandant ce qui c'était passé, où j'étais allé, s'il avait un problème, même qu'ils me demandèrent ce que j'avais pris. Je me souvins alors du nom qu'avait prononcer Matsumoto. Le nom de l'androgyne. Je bouillonnais de rage. J'allais me lever quand je retombai aussitôt.

-Mitch...

Kai attrapa mon visage et me secoua, il allait presque me frapper. Il me secouait en tout sens, me demandant de lui dire immédiatement où j'avais entendu ce nom, pourquoi je le connaissais et surtout pourquoi je traînais avec ce type d'homme. La drogue faisait de moins en moins effet, mais je la sentais encore en moi. Comment certaines personnes pouvaient en être en manque. Je l'attrapai par le col de sa chemise et l'étampa sur le sol violement. C'est lui qui avait parlé de ce mec à Ruki pour qu'il se drogue?

-POURQUOI TU AS FAIT ÇA? À CAUSE DE TOI MATSUMOTO A ÉTÉ ENLEVÉ PAR CE CRÉTIN! D'OÙ TU SORS CE NOM LÀ?

Ce fut la bagarre, ce Kai qui était habituellement bien gentil et se laissait facilement battre revira la situation de côté en me plaquant au sol. Je m'en allais le frapper, mais il le fit avant. Les gens dans la salle se mirent à se pousser, nous laissant nous battre, tout en appelant la sécurité. Je dû vraiment trouver le moyen pour reprendre le dessus et lui demander:

-D'où tu sors ce nom? Toi aussi tu es avec lui?

Nos coups devinrent plus violent. La sécurité avait dû avoir un problème parce que le temps semblait être très, mais tellement long. J'avais mal. Kai aussi devait avoir mal, mais c'était quelque chose d'incontrolable. Je réussi à plaquer Kai au sol et levé mon poing. Il fit une grimace, détournant son visage du mien. Je le tenais d'une main au col et lui me tenait de ses deux mains, celle-ci repoussant mes épaules.

-Rei. REI! Je connais ce nom à cause de....................

Nos regards se croisèrent. Par la suite, Kai alla porter son visage dans un sens que je suivis, cherchant à comprendre ce qui ne voulait pas encore apparaître. Il se retira de sur moi et me tendit la main, mais se fut Ruwa qui me releva et me tint pour me faire assoir à nouveau sur un siège. Les gens dans la salle ne comprenait plus rien. Même moi qui fixait Aoi dans son lit.

-Je connais ce nom à cause de Suguru...
Revenir en haut Aller en bas
Hime Mariah

avatar

Genre : Féminin
Messages : 686
Date d'inscription : 10/05/2008
Age : 23
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Dim 5 Oct - 11:45

HEIN? Oo
Là je tilte plus... C'est pas tellement clair. xDDD
Ils se droguent tous ou quoi?? ...
En tout cas, c'est juste génial et j'aimerais mieux comprendre. xD

_________________
Always Keep the Faith ♥
Revenir en haut Aller en bas
Julie la petite dauphine

avatar

Messages : 3011
Date d'inscription : 20/01/2008
Age : 25
Localisation : dans un autre monde

MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Jeu 9 Oct - 21:41

OMG!! La suiteeee!!! Pleasseee!! =D
Revenir en haut Aller en bas
Iko'

avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 29/04/2008
Age : 23
Localisation : Sur une chaise O__O

MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Jeu 9 Oct - 22:13

Mais alleeer s'il te plait Mikomi-chou XDD *s'agenouille et supplie pour la suite*

_________________

Spoiler:
 
Top 5...xDD
1- Don't Don (Super Junior) 787x
2- STIGMATA(RENTRER EN SOI) 524x
3- UNENDING SANCTUARY (RENTRER EN SOI) 330x
4- EMPIRE OF THE LAGOON(12012) 303x
5- Chizuru (the GazettE) 287x
Revenir en haut Aller en bas
http://iko-chann.skyrock.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Jeu 9 Oct - 22:43

Je dois encore choisir entre mes deux suites...>< Parce que oui, il y a deux suites possible....ralalala
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Ven 31 Oct - 15:26

Bon pardon pour cette suite mouvementé...mouin...

Chapitre 6 - Osore



J'étais réveillé depuis peu, mais aucuns d'entre eux ne l'avaient remarqué, trop occupé surement...Je faisais mine de dormir après tout. Je voulais regarder autour de moi sans qu'ils puissent me voir, donc je fis un léger mouvement de tête comme les jeunes enfants font lorsqu'ils secouent légèrement la tête en ruminant des mots inaudibles. Je fis de mon mieux pour que ça est l'air plausible, puis j'ouvris les yeux. Ma vision n'était pas très nette, mais je voyais quand même. Je n'avais pas vraiment encore pris le temps de regarder mes plais. Je n'avais pas de plâtre, mais j'étais recouvert de bandages et ceux-ci n'étaient plus vraiment blanc. Était-ce pour cela que j'avais une aussi piètre vision? Je me risquai à lever le bras pour toucher mon front trempé. DE SANG! Bien sur, il y avait une tonne d'épaisseur de bandages, mais le sang avait complètement trempé ceux-ci. Je saignais encore ou ça s'arrangeait? Mes membres me faisaient drôlement mal plus je me réveillais. Je reposai mon bras pour me mettre plus à mon aise, mais la douleur empira. Je mis finalement la tête droite, mais ce fut plus horrible. Je me tournai de manière de moins en moins subtile, mais mes membres me faisaient plus souffrir que jamais. Les médecins ne pouvaient pas m'avoir laissé dans la douleur sauf si un des compagnons....non pas ça!

Je veux pas mourir....pas comme cela! Je vous en conjure! Seigneur, j'ai besoin de médicaments ou une corde, mais je ne veux pas qu'ils me tuent! JE VEUX PAS SOUFFRIR!

Un cri de terreur et de douleur traversa mon corps entier et sortit d'entre mes lèvres, mais celui-ci fut aussitôt enterrer par des cris à l'extérieur de ma chambre. Kai beuglait, mais après qui? Une bagarre éclata. Ruki avait été enlevé...et celons le peu que j'avais compris à cause d'un crétin. Mes membres se rédirent et je repoussai une plainte. Non, pas ça! Les gens dans la salle couvraient mes pleurs. Je souffrait horriblement. Je ne sais pas laquelle de mes impressions étaient la plus véridique. Soit ma chair se collait de plus en plus sur mon corps comme si elle me brûlait et fondait sur mes os ou j'avais l'impression qu'elle gonflait comme si elle voulait s'éparpiller partout dans les airs. Ce fut alors des murmures qui parcoururent la salle. J'entendis mon vrai à travers un des mots qui parcoururent la salle. Kai, qu'as-tu dit? Que c'est-il passé? AIDER MOI! NE ME LAISSER PAS LÀ!

Un docteur entra. Je commençai à me tortiller, puis arracher toutes les piqures qui parcouraient mon corps. D'un claquement de doigts, en oubliant la douleur, j'étais sur mes pieds, hors du lit, et je tentais de fuir le docteur que je voyais à peine. Je le frappai non volontairement, puis je pris mes jambes à mon cou. Kai avait fini par aider Reita à se relever et Uruha était complètement paniqué. Je me glissai plus loin, contre un mur. Ma vision complètement trouble m'empêchait de discerner le vrai de l'imaginaire. Non pas tellement, puisque l'impossible était brouillé et blanc tandis que ce qui étaient supposés être clair étaient de couleur foncé. Pure paranoïa, j'ai peur. Je tournai la tête et aperçut mes camarades observer ma prison. Avaient-ils entendu quelque chose? Apparemment non.

Ayant repris le peu de souffle que je fus capable d'avoir, je me remis à courir vers l'extérieur. Les gens sur mon passage n'avaient pas l'air certains. Devaient-ils me laissé passer ou me bloquer et me dénoncer? Apparemment, ils choisirent de me laisser. J'arrivai enfin à l'extérieur, les pieds non chaussés.

-Mitch, est-ce toi? Pourquoi as-tu fait cela?

Je criais comme un pauvre cinglé dans la rue. Qu'allait-il nous arriver par ma faute? J'avais voulut tout arrêter, cela avait dû finir et maintenant c'était Ruki. Était-ce la même histoire? Mitch avait le don de se trouver partout. Voulait-il me faire payer? Je trouvai un billet au sol. Était-ce un signe du destin? J'attendis que peu de temps avant qu'un autobus n'arrive, une en direction de la demeure de Mitch. Sur ce, je l'a pris. Je pris le capuchon de ma veste que je mis sur mes bandages pour cacher mes plaies, mais aussi mon visage.


*************


Je trouvai rapidement une de ses armes et sa clef pour entrer. Mais quand je fus à l'intérieur, il n'y avait personne. Je mettais tromper? Je m'effondrai sur le sol en larmes. Où es-tu Ruki? Où es-tu crétin de Mitch que je saches que tu ne fasses pas de mal à Matsumoto? Que faire? Les gars avaient surement été avertis que je n'étais plus dans ma chambre. Je pris le téléphone de Mitch et appelai un de ses compagnons. Je devais peu parler, sinon, je risquais gros. J'allai chercher un de ses chandails et un de ses pantalons et sortit. Une voiture apparut, je lui demandai de m'amener chez Matsumoto. Je verrais bien s'il connaissait. Sinon, il me demanderait le chemin. Il ne me dit rien et repartit la voiture. Ruki pourquoi est-ce que tu le connais? Dans quoi as-tu mis les pieds? En avant de sa maison, je débarquai. Je n'étais pas sur de vouloir monter, mais je devais savoir, être sur.

En ouvrant la porte de l'appartement de Ruki, je le vis, lui shootant quelque chose dans le corps. Notre pauvre chanteur était déjà mal en point. Tu en as pris combien Ruki? Je fis le moins de bruit que je pouvais, essayant de me diriger le mieux que je pouvais avec cette vision. Pas par pas je m'approchai, tendant un bras vers l'avant.

-Lâche cette seringue...Mitch........chan

-Et toi lâche ce flingue!

Je sentis un autre fusil à l'arrière de ma tête. Je n'avais même pas à bouger la tête. Ruki...c'est la fin...c'est fini pour nous tous...Finis...sans rien pouvoir y faire...au secours, je ne veux pas souffrir, je ne veux pas mourir...je voulais seulement aider............
Revenir en haut Aller en bas
Hime Mariah

avatar

Genre : Féminin
Messages : 686
Date d'inscription : 10/05/2008
Age : 23
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Sam 1 Nov - 13:23

HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN! *crève*
Nan Kiki et Joy ;_;
Wa wa waaaaaa ... C'est trop génial!!!
Hum la suite et viiiiteeeuh! **

_________________
Always Keep the Faith ♥
Revenir en haut Aller en bas
Iko'

avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 29/04/2008
Age : 23
Localisation : Sur une chaise O__O

MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Dim 2 Nov - 15:32

O___O IL DOIT PAS FAIRE POW POW ;__;

*bave presque XD* t'vas écrire la suite vite ne 8D?

_________________

Spoiler:
 
Top 5...xDD
1- Don't Don (Super Junior) 787x
2- STIGMATA(RENTRER EN SOI) 524x
3- UNENDING SANCTUARY (RENTRER EN SOI) 330x
4- EMPIRE OF THE LAGOON(12012) 303x
5- Chizuru (the GazettE) 287x
Revenir en haut Aller en bas
http://iko-chann.skyrock.com/
Kea

avatar

Messages : 703
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 23
Localisation : St-Hippolyte

MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Dim 2 Nov - 17:17

Vite la suite!tu écris vraiment bien­>.<

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://ronron--x.skyrock.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Jeu 27 Nov - 12:34

Bon je me suis un peu décidée...X) Donc voilà...bonne suite...dites moi toujours comment vous trouvez! Et pardon si c'est court.

Cahpitre 7 - Shikyo



Je le vis partir, je le vis se lever pour quitter son lit et fuir l’endroit où pouvait enfin se reposer. Tu nous as entendu n’est-ce pas Suguru? Suffisamment pour te décider à m’expliquer, me montrer où enfin trouver le traître, cette personne qui t’a détruit, cette personne qui semblait tous vouloir nous détruire. Montre-moi le chemin. Je le vis prendre l’autobus. Je le suivis en prenant ma voiture et le suivit de loin en prenant le soin de rester camoufler pour qu’il ne me remarque pas, qu’il ne change pas de voie et qu’il me mène sur le mauvais chemin. Mitch…je veux voir ton visage, je veux t’anéantir. Si jamais tu as osé toucher Matsumoto, si jamais tu as fait plus de mal à Aoi…déjà que je voyais bien qu’il n’était pas en bon point. Ils s’arrêtèrent devant un appartement et je pris soin de prendre en note son numéro. Et tant qu’à faire…le numéro de la plaque de la voiture qui venait de se garer devant l’appartement aussi. J’écris son nom en gros plan ‘’MITCH’’ et je l’encadre. Murmurant à plusieurs reprises ‘’salopard’’, ‘’crétin’’, ‘’inhumain’’ et une rangée d’autres surnoms encore moins agréables.

En relevant les yeux, j’eus juste le temps de voir passer Suguru et aller dans la voiture qui repartit presque aussitôt. Je redémarrai puis recommençai à les suivre. Enfin arrivé à une autre destination, je vis Aoi débarquer et se diriger tout en haut. C’était pas chez Ruki? Peu de temps après, je vis le chauffeur descendre de la voiture à son tour….UNE ARME À LA MAIN. Je devins blanc…tout blanc. Bon dieu seigneur, dans quoi vous vous êtes mis les gars? J’attendis qu’il soit dans l’immeuble pour commencer à réagir, quoi que je ne savais pas quoi faire. Mon cœur allait défoncer mon torse tellement j’étais perdu et que j’avais peur. Je sortis de ma voiture, la tête tournante et couvert de frisson. Reprend toi…si tu fais rien…ils meurent. Je restai figé…Ruki et Aoi….morts…NON. Je courus vers un gamin qui jouais dans la rue et lui pris sa batte tout gentiment en échange de…mon cellulaire. J’avais au moins eu L’intelligence de texter les autres pour dire où nous étions avant de le donner.

Je grimpai les marches quatre à quatre et courus vers l’appartement de Ruki. J’entendis quelque chose puis quelqu’un tomber lourdement. Je restai de glace et observai à travers l’ouverture de loin pour que le moins de personne ne remarque ma présence. Une dame sortit de son appartement et je lui fis signe de se taire alors qu’elle me regardait avec de gros yeux. Je lui fis signe d’appeler. Je crois qu’elle a compris parce qu’elle est aussitôt retournée dans son appartement le plus silencieusement possible. Je m’approchai de la porte et regarda. J’avais le dos de l’homme, le chauffard, qui posait enfin son arme sur une table de chevet que Ruki avait si joliment décorée. Mon regard se posa sur l’autre inconnu. J’étais pas si stupide. Je savais que c’est sa peau que je voulais! Mon regard dévia un peu et je vis Matsumoto assis comme un étrange…respirant étrangement, les yeux dans le beurre ou je ne sais plus. Son sourire était horrible à voir, je lui souhaitais les plus jolies femmes du monde dans cette étrange rêve. Puis ce fus le coup de fatal. Suguru était étendu sur le sol…le sang…coulant doucement sur le tapis. Il avait dû être frappé. Que cela, je vous en supplie. Je me repris en quelque sorte conscience après quelques secondes. Je venais d’abattre sur la tête du chauffard la batte du gamin qui se fracassa violement. Je me réveillai au sol, Mitch par-dessus moi qui me frappait à grands coups. Je commençai à me débattre comme si j’étais devenu un super héro avec de super pouvoir. Pas à ce point, mais j’étais devenu très agressif, même voir pas moi du tout. Tout ce qui pouvait me tomber sous la main se retrouvait sur Mitch avec violence. J’entendis Aoi gémir de douleur. Qu’elle joie! Je me relevai et me tirai vers lui, essayant de voir s’il était conscient et puis Mitch était un peu sonné au sol et il tentait de se reprendre un peu. J’avais tout mon temps. J’entendis enfin les sirènes de la police retentirent. Je souris avec mes dents devenu rouge par le sang qui avait coulé de mes plaies faites par Mitch.

-Ça va aller mon vieux…tout va s’arranger…c’est promis.

Il me fit un mince sourire qui se crispa laissant place à quelques autres plaintes. Je n’entendis qu’un bruit. Rien…c’était comme un silence prolongé. Je me relevai un peu, regardant toujours Aoi qui avait cesser de se plaindre et qui me regardait avec d’énormes yeux paniqués. Nos regards se croisèrent puis descendirent doucement vers mon torse. Mon chandail n’avait absolument plus sa couleur d’origine. Je me tournai pour voir qui avait tiré. Le maudit chauffard. Il avait prit Mitch dans ses bras et était partit en courant pour fuir la police. Ce fut la dernière chose que je vis avant de m’écrouler sur le côté, Suguru hurlant mon nom et me demandant de rester encore en vie…
Revenir en haut Aller en bas
Yerin

avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 27/11/2008
Age : 26
Localisation : Neufchâtel, Québec City!!

MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   Jeu 27 Nov - 18:19

Mikomi!!! Je t'aimeuh!!!! J'aime trop comment t'a dépicté Tata!!! *okay... dépicté... scuzé, l'école en anglais mélange mon français.. si quelqu'un peut me corriger la dessus^^*

Bref, dès que tu m'a dit que tu faisais une fanfic GazettE, j'me suis garoché sur ton lien et la quand je commence a capoter, fini! *pleure dans son coin* Alors là, dis moi que c'est pas VRAIMENT ce que je crois?!!!! T'as pas osé utiliser le nom que je t'ai donné au hasard pour le dernier POV..... dit non.... si oui, bah je t'aime pareil, mais je vais abusivement te frappouiller demain^^ *et aussi pleurer encore plus qu'en écoutant Taiyou no Uta et Tada, Kimi wo Aishiteru*

$Yerin complètement AdDiCtEd à cette fic$
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Shizumu (Fanfiction)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Shizumu (Fanfiction)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [fanfiction] L'amour sur msn
» [ Fanfiction] Et si on partait en Tourbus ?
» [Fanfiction] H e i l i g [Terminée]
» [ Fanfic en cour ]Fanfiction =)
» [Fanfiction] Don't Jump

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Qc Harajuku [Communauté du Quebec] :: Divers - Créations-
Sauter vers: